Internet a révolutionné la vie des personnes, quasiment partout dans le monde et la France n’est pas épargnée par le phénomène. Pourtant, aujourd’hui encore, en 2021, certaines personnes n’ont pas encore accès à Internet, ce qui complique leur quotidien, notamment pour la déclaration d’impôts.

Formulaire papier : il faut se dépêcher de poster ce document fiscal

Le gouvernement tient compte de cette frange de la population et l’autorise encore aujourd’hui ; faute de pouvoir faire autrement ; à utiliser un formulaire papier pour réaliser leur déclaration d’impôts sur le revenus 2020. Ils sont pourtant quelque peu pénalisés par les dates, car ce sont les premiers qui doivent rendre leur déclaration. En effet, ils n’ont plus que jusqu’à ce soir pour poster leur document rempli. Le cachet de la poste faisant foi, la limite de temps imposée s’étire jusqu’à 23h59.

Même les personnes qui n’aiment pas internet ou ne sont pas familiarisées avec son fonctionnement sont obligées d’effectuer leur déclaration par ce biais et ce, depuis 2019. Mieux vaut alors se tourner vers un proche, le service des impôts ou même des personnes travaillant dans le milieu social pour se faire aider, quand on trouve le remplissage un peu complexe.

Pour tout savoir sur votre déclaration d’impôts, les aides, déductions, simulateurs et le prélèvement à la source de vos impôts, découvrez notre dossier sur le portail Impots.gouv.fr.

Quel risque en cas de dépassement du délai ?

Les personnes ayant internet ont des délais un peu plus longs qui varient en fonction de leur département de résidence. Ils s’étalent du 26 mai jusqu’au 8 juin 2021, après quoi, pour elles aussi, il sera trop tard. Mais que se passe-t-il quand on outrepasse les délais impartis, que l’on fait une fausse déclaration ou encore que l’on ne remplit pas ce document ?
Premier cas de figure, la déclaration tardive : elle est envisageable, mais le contribuable s’expose à une pénalité de 0.20% par mois. Cela peut augmenter si cela fait suite à une mise en demeure. Auquel cas, cela peut aller jusqu’à 40%.

En cas d’absence totale de déclaration, le fisc procède à une imposition d’office, si la personne ne réagit pas suite à une mise en demeure. Cela ne l’empêchera pas d’avoir les mêmes pénalités que celle qui aura rempli, avec du retard, son document dématérialisé. Il est toujours possible de contester cette imposition forcée qui se base sur les dépenses générales et le barème applicable à la situation de la personne ; telle qu’elle est connue par l’administration fiscale.